Audit et Commissariat aux comptes

Mission continue

  1. Le commissariat aux comptes

Etant une mission légale, celle-ci est effectuée par un commissaire aux comptes afin de donner un avis motivé sur les comptes de l’exercice écoulé.

Cette mission essentielle de certification des comptes annuels est devenue plus économique, puisqu’il ne s’agit plus seulement d’un contrôle de régularité et de sincérité, mais d’une opinion sur la situation financière de l’entreprise et de son aptitude à assurer sa continuité.

Ainsi, il s’agit de :

  • Certification des :

  • Comptes annuels des sociétés ;
  • Comptes consolidés des sociétés de groupe.

  • Contrôle d’information :

  • Documents prévisionnels ;
  • Rapports de gestion.

  • Contrôle de l’égalité :

  • Respect de l’égalité entre les actionnaires ;
  • Relever des irrégularités et inexactitudes ;
  • Faire un rapport spécial sur les conventions intervenues  entre la société et l’un de ses administrateurs ou entre deux sociétés ayant un administrateur commun.

  • Prévention des difficultés

  • Prévenir les dirigeants de la société de tout fait de nature à compromettre le fonctionnement normal de l’entreprise (procédure alerte).

  • Missions spécifiques

  • Rapports spéciaux sur :

  • L’augmentation du capital en cas de compensation avec des créances sur la société et en cas de suppression du droit préférentiel de souscription ;
  • L’émission d’obligations convertibles en actions ou échangeables contre des actions ;
  • L’ouverture d’option de souscription ou d’achats d’actions au bénéfice des membres du personnel ;
  • La réduction du capital ;
  • Les Conventions ou rachat des parts bénéficiaires ;
  • Les fusions, scissions, apports partiels d’actifs.

 2. Missions ponctuelles

Les missions ponctuelles sont les missions contractuelles c’est-à-dire une mission sollicitée par l’entreprise elle-même ou par un tiers (banque ou une entreprise désirant prendre des actions). Ces missions contractuelles de diagnostic et d’appréciation de vos processus et de vos informations, que nous réalisons en toute indépendance, vous permettront non seulement de satisfaire aux exigences fixées par les organes de régulation et aux attentes du marché, mais aussi d’optimiser votre fonction financière pour assurer le bon déroulement de vos opérations.

Ces missions contractuelles sont :

  • L’audit comptable et financier ;
  • L’audit opérationnel ;
  • Le contrôle de procédure ou audit organisationnel
    3.  L’audit comptable et financier

L'audit comptable et financier est l'examen auquel procède un professionnel compétent et indépendant en vue d'exprimer une opinion motivée sur la fidélité avec laquelle les états financiers d'une entité traduisent sa situation à la date de clôture et ses résultats pour l'exercice considéré, en tenant compte du droit et des usages du pays où l'entreprise a son siège.

Il s’agit d’une étude du patrimoine et des comptes financiers d’une entreprise afin de vérifier leur conformité et leur régularité.

L’audit comptable et financier est la garantie d'une information financière fiable et pertinente. Il va au-delà du simple contrôle des comptes. Donner une opinion sur la régularité et la fiabilité de l’information financière mise à la disposition des marchés financiers et de toutes les parties prenantes de l’entreprise, est une mission de confiance. C’est une signature reconnue sur le marché.  
4. L’audit opérationnel

L'audit opérationnel, aussi appelé audit de performance a pour objectif de donner des conseils, des recommandations, mettre en place des procédés, proposer de nouvelles stratégies : en bref, l'audit opérationnel englobe toutes les missions qui ont un objectif d'amélioration de la performance de l'entreprise. Son objet consiste à juger la manière dont les objectifs sont fixes et atteints ainsi que les risques qui pèsent éventuellement sur la capacité de l'entreprise ou d'une entité à définir des objectifs pertinents et à les atteindre, à apprécier leur opportunité.

Pour être compétitive, l'entreprise doit améliorer l'efficacité de son organisation, depuis les processus d'élaboration et de diffusion des orientations qui la gouvernent jusqu'aux processus de contrôle de l'application de ces orientations, entre lesquels s'intercalent les moyens mis en œuvre : les hommes, la définition et la répartition de tâches, le système d'information et les outils nécessaires à la production.

L'audit opérationnel a pour objectif de passer en revue l'ensemble de ces rouages qui assurent le fonctionnement de l'entreprise. Cette revue, réalisée par une équipe expérimentée et s'appuyant sur une méthodologie éprouvée, peut être effectuée dans un laps de temps n’excédant pas quelques mois
5. Le contrôle de procédure ou audit organisationnel

Afin d’optimiser ses performances, une entreprise se doit d’avoir une organisation efficiente et adaptée. L’audit organisationnel permet à une organisation d’avoir un avis extérieur sur sa structure et l’adéquation de celle-ci avec son environnement, ses objectifs et les personnes qui la composent.

Ainsi, l’audit organisationnel partie intégrante de l’audit opérationnel est une étude du fonctionnement d’une organisation ayant pour but d’améliorer son fonctionnement et sa qualité. Il peut se diviser en 3 grandes étapes :

  • Diagnostic de la situation actuelle ;
  • Réflexions quant aux pistes d’amélioration organisationnelle ;
  • Aide à la mise en place de ces axes d’amélioration.

Sa finalité sera d’établir un diagnostic de l’organisation de la société auditée et d’étudier sa cohérence avec son environnement afin de définir et d’optimiser ses performances et d’établir de nouveaux axes de croissance.

 6. Démarche de l’auditeur

Les réviseurs que sont l’expert-comptable, l’auditeur et le commissaire aux comptes ont la même manière de réaliser leurs missions.

Cette procédure se résume en quatre (4) points :

  • La prise de connaissance générale de l’entreprise,
  • L’appréciation du contrôle interne,
  • Le contrôle des comptes ou l’examen des comptes annuels,
  • La rédaction d’un rapport exprimant l’opinion de l’auditeur sur les comptes.
    8. La prise de connaissance générale de l’entreprise

Conformément aux normes internationales d’audit, notamment la norme ISA 260, il s’agira pour nous, de recueillir les informations pertinentes sur la société, auprès des responsables ou à travers la documentation existante.
9. L’appréciation du contrôle interne

La norme ISA 265 stipule que l’auditeur a des obligations de communiquer de façon appropriée aux personnes constituant le gouvernement d’entreprise ou la direction de la société, des déficiences dans le contrôle interne de la société.

Pour nos missions, un contrôle interne est fait sur les cycles les plus sensibles de l’organisation dont les disfonctionnements peuvent avoir un impact significatif sur l’exploitation de la société auditée.

 10. Le contrôle des comptes

En application de la norme ISA 330, l’objectif de l’auditeur est de recueillir des éléments probants suffisants et appropriés concernant les risques évalués, en définissant et en mettant en œuvre des réponses appropriées à ces risques.

Aussi une attention particulière sera telle accordée aux risques de fraudes et d’erreurs conformément à la norme ISA 240.

Ainsi, le contrôle des comptes consistera à l’analyse complète des comptes permettant de mettre en évidence les limitations, les ajustements, les irrégularités, les inexactitudes et les informations :

  • Capitaux : nous vérifierons la concordance de ces comptes avec les décisions contenues dans les procès verbaux d’assemblées.

  • Provisions : nous vérifierons le caractère suffisant des provisions dotées par la Direction de la société.

  • Immobilisations : nous vérifierons la régularité de la comptabilisation des immobilisations, l’analyse du tableau d’amortissement, etc…
  • Stocks : nous analysons le(s) stock(s), la méthode de valorisation du stock, et la correcte traduction comptable des stocks de la société.

  • Clients et fournisseurs : il s’agira de vérifier la régularité de ces comptes, de s’assurer également par confirmation des tiers qu’ils sont correctement comptabilisés.

  • Impôts et taxes : il s’agira devérifier les assiettes d’imposition déclarées et leur correct calcul. Ceci en vue de vérifier le caractère suffisant des provisions à doter en la matière
  • Trésorerie : nous vérifierons les états de rapprochements bancaires et les procès-verbaux de caisse. Nous nous assurons également par confirmation de solde des comptes bancaires de leur régularité.

  • Charges et produits : il s’agira de s’assurer de l’exhaustivité de ces charges et produits.
  • Etc…

Cette phase de revue visera à nous assurer de la régularité et de la sincérité des comptes.
11. Nos équipes : excellence technique et responsabilité

Nous accompagnons nos clients grâce à une équipe d'auditeurs aux parcours de haut niveau mais avec une réelle diversité de profils. Formés tout au long de leurs parcours chez ECA, tous ont une excellente maîtrise des aspects techniques de l'audit et partagent la même exigence de qualité.

 

 

Nos Départements

L’audit a été défini par l’Ordre des Experts Comptables et Comptables agréés (OECCA) comme l’examen des procédures et des états financiers effectués par un professionnel compétant et indépendant en vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité des comptes. Le département Audit et Commissariat Aux Comptes au cabinet Experts Comptables Associés (ECA) est chargé de l’audit et du commissariat aux comptes des sociétés qui sont liées au cabinet par un contrat d’audit ou de commissariat aux comptes. Il est dirigé par un Responsable de Département.
Plus...
description bientôt disponible ou appelez le (225) 22 41 36 58 / (225) 07 27 66 60
Plus...
description bientôt disponible ou appelez le (225) 22 41 36 58 / (225) 07 27 66 60
Plus...
description bientôt disponible ou appelez le (225) 22 41 36 58 / (225) 07 27 66 60
Plus...
Le constat du cabinet ECA Le Cabinet ECA a constaté depuis plus d’une décennie, qu’il est de plus en plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel répondant à leurs exigences immédiates. Cette situation s’explique de plusieurs façons : - Programmes de formation scolaires et universitaires trop théoriques et trop éloignés des réalités du monde des entreprises ; - Evolution du monde des affaires plus rapide par rapport aux programmes enseignés dans les grandes écoles. Ce qui rend les étudiants peu performants ; - Manque d’expérience pratique aux des étudiants en fin de cycle; - Etc. Face à ces constats loin d’être exhaustifs, ECA a mis en place un programme qui permet de corriger ces faiblesses. Le Cabinet ECA a constaté depuis plus d’une décennie, qu’il est de plus en plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel répondant à leurs exigences immédiates. Cette situation s’explique de plusieurs façons : - Programmes de formation scolaires et universitaires trop théoriques et trop éloignés des réalités du monde des entreprises ; - Evolution du monde des affaires plus rapide par rapport aux programmes enseignés dans les grandes écoles. Ce qui rend les étudiants peu performants ; - Manque d’expérience pratique aux des étudiants en fin de cycle; - Etc. Face à ces constats loin d’être exhaustifs, ECA a mis en place un programme qui permet de corriger ces faiblesses. Le Cabinet ECA a constaté depuis plus d’une décennie, qu’il est de plus en plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel répondant à leurs exigences immédiates. Cette situation s’explique de plusieurs façons : - Programmes de formation scolaires et universitaires trop théoriques et trop éloignés des réalités du monde des entreprises ; - Evolution du monde des affaires plus rapide par rapport aux programmes enseignés dans les grandes écoles. Ce qui rend les étudiants peu performants ; - Manque d’expérience pratique aux des étudiants en fin de cycle; - Etc. Face à ces constats loin d’être exhaustifs, ECA a mis en place un programme qui permet de corriger ces faiblesses. Le Cabinet ECA a constaté depuis plus d’une décennie, qu’il est de plus en plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel répondant à leurs exigences immédiates. Cette situation s’explique de plusieurs façons : - Programmes de formation scolaires et universitaires trop théoriques et trop éloignés des réalités du monde des entreprises ; - Evolution du monde des affaires plus rapide par rapport aux programmes enseignés dans les grandes écoles. Ce qui rend les étudiants peu performants ; - Manque d’expérience pratique aux des étudiants en fin de cycle; - Etc. Face à ces constats loin d’être exhaustifs, ECA a mis en place un programme qui permet de corriger ces faiblesses.
Plus...

Galérie Photo